Stockage de données cryptographiques non sécurisé

1. PrincipeMain en arriere fleche dessinee 318 51824

Cette faille de sécurité englobe toutes les faiblesses liées à la protection du stockage des données. La meilleure protection est la mise en place du chiffrement des informations. Le CLUSIF définit le chiffrement comme « le procédé grâce auquel on peut rendre la compréhension d'un document impossible à toute personne qui n'en possède pas la clé. »

La principale faille concerne les données sensibles, c'est-à-dire les données dont la divulgation, l'altération ou la non-disponibilité peuvent porter préjudice à leur propriétaire, telles que le mot de passe ou l'identifiant de session. Si les données sont présentes en clair ou chiffrées par un algorithme faible, il existe un risque qu'un attaquant puisse les consulter.

2. Exemples d'attaque

Certains moteurs de bases de données font payer l'option de chiffrement. Pour des raisons d'économies, les responsables décident de stocker les données en clair dans la base de données. Seules les transmissions de requête HTTP sur le réseau sont chiffrées. Pour se protéger du risque d'incendie sur le site où sont installés les serveurs, les données sauvegardées sur bande sont envoyées sur un autre site une fois par mois. Si un agresseur intercepte cette sauvegarde pendant son transfert, il aura accès aux données en clair.

3. Parade et bonnes pratiques

Tous les moyens de stockage de données sensibles doivent être chiffrés. Il faut s'assurer également que la sauvegarde du moyen de stockage ne contient pas les données en clair.

Il ne faut pas utiliser d'algorithme de chiffrement ou de hachage faible, tel que MD5 ou SHA1 ni tenter de créer son propre algorithme. Il faut utiliser des algorithmes reconnus et éprouvés tels AES-256, RSA et SHA-256. Pour des raisons de capacité de calcul, l'ANSSI recommande que la taille minimale des clés symétriques utilisées jusqu'en 2020 soit de 100 bits et de 128 bits au-delà de 2020.

 
×